Le rasoir d’Ockham

Bonjour à toutes et à tous,

Rappelez-vous il y a un peu plus d’un siècle. 107 ans pour être précis. Nous étions alors le matin du mardi 14 juillet 1914. Un jour de fête nationale, dans l’ombre de la grande guerre à venir.

Cannes, récompenses et solution officielle

Avertissement SPOIL

Ce forum contient de nombreux indices. Si vous aspirez à résoudre cette énigme seul(e), nous vous conseillons alors vivement de le parcourir avec prudence, afin de ne surtout pas gâcher votre plaisir.

Merci de lire le règlement du forum

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #11709
      Khorrigan
      Participant

      Bonjour,

      Je vais émettre mon hypothèse qui, si je ne me trompe pas, n’a été imaginée par personne d’autre. Mon titre ne laisse pas d’équivoque : mon hypothèse a l’avantage d’être simple. Elle part du principe que 99% des éléments du livre ne sont là que pour nous embrouiller. Selon le fameux principe du rasoir d’Ockham, la solution la plus simple est souvent la plus probable.

      Pour moi, l’énigme est la raison de la colère de Charles.

      Ce livre est comme une boite de puzzle de 100 pièces avec des pièces qui proviendraient de 20 boites différentes. Pour le reconstituer, je ne garde que les pièces correspondant à l’image souhaitée. Comme je l’ai dit, j’élimine 99% des éléments pour n’en garder qu’un nombre limité : la lettre déchirée et la colère de Charles.

      La lettre déchirée semble être un indice insignifiant. Après tout, des lettres d’admirateur, Marie-Rose a du en recevoir des centaines. Charles est un coureur de jupons qui chasse plusieurs lièvre a la fois, Rose-Marie n’est qu’une de ses tocades du moment et il se doute qu’elle a d’autres soupirants. Rien donc qui puisse conduire à un acte violent.

      Sauf si on y ajoute un infime détail qui change tout : la lettre a été écrite par une femme, Louise est amoureuse de Marie-Rose.

      Selon moi, voici les faits ayant conduit à la mort de Charles se sont passés en quelques minutes.

      Louise arrive dans la loge de Marie-Rose. Elle est encore sous l’émoi de la colère de cette dernière quelques temps auparavant. Elle voit le bouquet et la carte. Encore un nouveau soupirant qui déclare sa flamme alors qu’elle-même est contrainte de cacher ses sentiments. Elle décide de lui écrire une lettre pour déclarer son amour. Alors qu’elle s’apprête (ou pas) à la signer, Charles entre dans la loge et la trouve encore la plume à la main. Il lit la lettre. D’un coup, il comprend que celle qu’il idolâtre comme une étoile parfaite n’est qu’une chose infâme (selon la mentalité la plus partagée de l’époque) habité de sentiments contre nature. Il entre dans une rage folle, déchire la lettre, ravage la loge et s’en prend à Louise. Celle-ci le repousse et c’est l’accident.

      Mais cette hypothèse ne réponse pas à la question 1 : est-ce un accident ou un meurtre ? Louise s’est-elle défendue en repoussant son agresseur ou l’a-t-elle volontairement tué pour préserver son secret ? Difficile à dire.

       

      • Ce sujet a été modifié le il y a 2 années et 12 mois par Khorrigan.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.